L’aérographie est l’art de la peinture qui utilise l’air comprimé produit par un compresseur pour projeter un médium sur un support spécifique. Il existe depuis plus de 20 ans, et s’est bien démocratisé. S’initier à la peinture inclut le fait d’avoir une certaine connaissance basique du domaine.

Dans cet article, recevez quelques conseils pour bien démarrer en aérographie.

Le jargon de l’aérographe

Pour bien débuter en aérographie, vous devez connaître l’ensemble des mots relatifs à l’aérographe. Puisque c’est votre prochain outil de travail, vous devez connaître les quelques expressions suivantes :

  • Médium : c’est le produit à pulvériser sur le support. Ça peut être de l’encre, la peinture…
  • La buse : c’est l’endroit où passe la peinture avant d’être projetée sur le support. Elle s’associe à l’aiguille et doit être de la même taille que cette dernière.
  • L’aiguille : pièce sensible et importante de l’aérographe, elle assure le contrôle de la peinture sortante.
  • Support : objet à peindre (mur, toile, carton…)
  • Godet : petit récipient, il est le contenant de la peinture.
  • Chapeau de buse : Il recouvre la buse et agit sur la variation de la projection en fonction de la distance qui sépare la buse et le support.
  • Aspiration : c’est le terme employé pour dire que le godet est placé en dessous de l’aérographe.
  • Gravité : Signifie que le godet est au-dessus du corps de l’aérographe.
  • Double action : Signifie que l’air et la peinture sont contrôlés simultanément.
  • Simple action : Signifie que seul le débit d’air est contrôlé.
  • Two in One (2in1) : relatif à deux tailles de buses+aiguilles d’un aérographe.
  • Airbush : désigne un aérographe en anglais.

a-kit-aerographie-rookie

Les préliminaires en aérographie

En aérographie, quatre éléments sont indispensables :

  • L’aérographe
  • Le support
  • La peinture ou l’encre
  • Le compresseur

Sans ces quatre outils, il vous est impossible d’apprendre l’aérographie.

En plus de ces quatre éléments et selon l’œuvre que vous réalisez, vous pouvez associer du diluant à la peinture. Vu que l’aérographe permet de concevoir des dégradés stylés et des travaux de finesse, il est important d’apprendre à manier la gâchette de l’aérographe. Pour ce faire, il vous faut de l’exercice et de la pratique.

Aussi, la technique de l’aérographe enseigne la peinture sans contact avec le support. De ce fait, avant de choisir un aérographe, il faut connaître le support sur lequel vous allez l’employer. Il ne faut pas acheter un aérographe et un compresseur destiné à faire de la décoration de gâteau pour aller peindre une grande surface murale.

Le choix de la peinture

Ce détail est plus qu’important en aérographie. Bien choisir sa peinture permet de s’éviter des frustrations inutiles en cours de chemin. Ce choix dépend de votre objectif, de l’usage que vous voulez faire de votre aérographe.

Il existe quatre types de peinture à savoir : la peinture acrylique, la peinture à huile, le polyuréthane et l’aquarelle. Pour un début en aérographie, préférez la peinture acrylique. Elle s’adapte à tout type de support, sèche vite et est moins nocive que les autres.

En conclusion, la peinture à l’aérographe doit se faire dans un espace aéré. Il faut également porter un masque pour éviter d’inhaler les substances nocives. Pour la peinture, préférez l’acrylique 100 % hydro ou de l’encre pour aérographe de la famille opaque.

Autre conseil de choix: Comment choisir sa perceuse visseuse ?